KALAHARI & SUD NAMIBIE

23 janvier – 07 février 2016

8 personnes maximum - Groupe Complet


Ce safari vous conduira dans les coulisses de la conservation. Vous aurez le privilège de participer à deux étapes très différentes de la gestion de la faune sauvage, tout en parcourant les espaces immenses et magnifiques du Nord-Ouest de l’Afrique du Sud, du désert du Kalahari, et de l’extrême Sud namibien ... à une saison où les visiteurs sont très rares.

Ce safari guidé se déroule entièrement en zone indemne de paludisme. Il vous donnera un aperçu unique de ce qu’est le monde de la faune sauvage d’Afrique australe, sa diversité, son rôle économique, les raisons de sa prospérité.

Vous aurez l'occasion d'interagir avec et d'apprendre ce que savent des chercheurs, des écologistes, des vétérinaires et des guides, tout en découvrant l'univers fantastique de la faune sauvage en Afrique australe.

Non seulement vous passerez un séjour inoubliable, mais en plus vous participerez activement à différent projets : vous contribuez ainsi à la gestion et au sauvetage d’espèces emblématiques.

Attendez-vous à l'Expérience de votre vie, et sachez qu’ensuite vos rêves sur l'Afrique ne seront plus jamais les mêmes ...

1er jour : samedi 23 janvier : départ

Rendez à l'aéroport de Paris Roissy Charles de Gaulle en début de soirée. Vous y rencontrerez votre guide, le Dr. Hubert Planton.

Envol à destination de Johannesburg sur compagnie régulière. Vol de nuit, repas à bord.


2ème jour – dimanche 24 janvier : en route vers la brousse

Arrivée à l'aéroport international OR Tambo de Johannesburg. Le petit déjeuner vous sera servi à bord avant l’atterrissage.

Formalités d’entrée dans le pays. Il est conseillé de profiter du temps disponible à l’aéroport pour y acquérir la somme dont vous pensez avoir besoin en devise locale (nombreux bureaux de change).

En fin de matinée notre véhicule spécialement équipé vous sera présenté, afin que vous sachiez tout ce qui a été prévu pour que vous voyagiez en tout confort et en toute sérénité.

Ensuite il sera temps de prendre la route en direction du Sud-Ouest. Votre destination, après près de six heures de route, est une réserve de faune privée situé dans la région de Kimberley.

Vous prendrez le temps de vous installer dans vos tentes de luxe.

Puis un apéritif vous sera servi par vos hôtes, avec qui vous le partagerez. Ce sera l’occasion d’une première prise de contact, de parler de leurs activités … et du programme des deux jours suivants.

Chacun des plats qui vous seront servis devrait vous laisser un souvenir inoubliable. Pour parfaire la cuisine régionale et familiale, les propriétaires se sont fait aider par un Chef reconnu.

De plus, ce Lodge possède une cave enterrée, et a été distingué à plusieurs reprises pour la grande qualité des vins qu’il propose.

Vous serez accueillis en pension complète. Seules vos boissons éventuelles sont exclues du forfait.

Cette petite réserve a été acquise en 1991 par son actuel propriétaire, lorsqu’il a dû quitter le Zimbabwe où il avait grandi. Vétérinaire reconnu et ayant une longue expérience dans le domaine de la gestion de la faune sauvage africaine, il a immédiatement reconverti ses terres dans le but d’y protéger des animaux rares et les y reproduire. Cette entreprise familiale est depuis longtemps leader en matière d’élevage d’animaux rares et de production d’animaux indemnes de certaines maladies.

Chacun des plats qui vous seront servis devrait vous laisser un souvenir inoubliable. Pour parfaire la cuisine régionale et familiale, les propriétaires se sont fait aider par un Chef reconnu.

De plus, ce Lodge possède une cave enterrée, et a été distingué à plusieurs reprises pour la grande qualité des vins qu’il propose.

3ème jour – Lundi 25 janvier : réserve de faune

Ce matin, vous n’aurez pas d’impératif horaire et pourrez récupérer de la fatigue accumulée pendant le début du voyage. Mais il y a fort à parier que les premières lueurs du jour ainsi que les activités matinales des animaux sauvages vous inciteront à sortir de vos tentes pour profiter de ces moments exceptionnels. Tout ce dont vous pourriez avoir envie sera à votre disposition dans votre chambre si vous voulez une première boisson chaude pendant ce temps.

Un café/thé déjeuner sera disponible pour vous à l’heure où vous le voudrez dans la salle du restaurant, ou dehors si vous préférez.

Vous partirez ensuite à bord d’un véhicule 4x4 ouvert à la découverte de cette réserve. Bien sûr vous pourrez observer et approcher de nombreux animaux, mais surtout vous serez accompagnés dans cette réserve par deux vétérinaires : votre guide français et le propriétaire des lieux, qui vous expliqueront et vous montreront comment ils travaillent – et vous y fera peut-être participer.

La matinée sera essentiellement consacrée aux antilopes.

La grande sécheresse qui sévit depuis 3 ans implique de s’occuper quotidiennement et de près des animaux, si l’on veut les garder en bon état. Depuis maintenant 6 mois, 5 à 8 tonnes de fourrage sont distribuées tous les jours à ces animaux « sauvages ».

La réserve abrite environ 700 animaux sauvages de moyenne et grande tailles, appartenant à 36 espèces différentes.

La première activité accomplie en 1991 a consisté à importer des antilopes qui étaient menacées dans leur milieu d’origine, pour les mettre en sécurité et les faire reproduire avant de repeupler des zones sécurisées de leur habitat historique.

Les bénéfices tirés de ce programme ont servi à aménager la réserve, puis à réitérer ce même type d’opérations.

D’autres actions, notamment de sélection génétique et de constitution de troupeaux indemnes de certaines maladies, vous seront expliquées.

 


En fin de matinée un brunch copieux vous sera proposé.

Vous aurez ensuite la liberté de faire ce que vous voulez, où vous voulez, dans et autour du camp, à condition bien sûr de ne rien abimer ni déranger. Une piscine, très agréable en cette saison particulièrement chaude, est aussi à votre disposition près du bâtiment principal.

En fin d’après midi vous sortirez de nouveau à bord d’un véhicule 4x4 découvert pour voir d’autres aspects de la réserve, dont ses buffles. Le propriétaire de cette réserve est un des pionniers dans le domaine de la sélection et production de buffles indemnes de certaines maladies, et ce depuis 25 ans. Les produits issus de cette réserve permettent progressivement de (re)peupler en animaux sains des zones qui en ont besoin. Tout cela vous sera expliqué.

Vous admirerez le coucher de soleil tout en dégustant un apéritif, avant de repartir chercher des espèces nocturnes timides.

A votre retour au camp, votre diner vous attendra. Ensuite, nous vous parlerons brièvement de la suite du programme, après quoi vous pourrez aller apprécier votre deuxième nuit sous la tente au cœur de la brousse africaine.

Vous percevrez les battements du cœur de l’Afrique et écouterez ses rythmes depuis vos tentes luxueuses installées dans la partie la plus calme, au cœur de la réserve. De là vous aurez une vue spectaculaire sur les plaines situées en contrebas et les animaux qui les peuplent. Le centre du camp est une zone aérée dont les bâtiments sont couverts de chaume. Les tentes spacieuses sont équipées de lits à une ou deux places, couvertures et chauffage par le sol pour les nuits froides d’hiver, climatiseurs pour l’été, électricité, étagères pour vos effets personnels … Elles ont toutes une salle de bains en suite.

Vous serez accueillis en pension complète. Seules vos boissons éventuelles sont exclues du forfait.

4ème jour – mardi 26 janvier : captures d’antilopes

La journée commencera par un thé/café tôt le matin, puis vous sortirez participer à des captures d’antilopes.

Les animaux que vous manipulerez ce matin ont une très grande valeur génétique et commerciale. Ils ont été sélectionnés sur cette réserve. Après leur capture, ils devront être transportés dans le désert du Kalahari, à 600 km de distance, où ils seront relâchés dans leur milieu de prédilection.

Les immobilisations seront probablement effectuées à l’aide d’un hélicoptère. Peut-être aurez-vous l’occasion de monter à bord de cet appareil …

De retour au Lodge un petit déjeuner vous sera servi, et vous aurez une dernière occasion de vous entretenir avec le vétérinaire et les gestionnaires des lieux à propos de leur travail, de leurs résultats, perspectives, et tout autre sujet que vous voudriez aborder.

Ensuite il sera temps de rassembler vos affaires et préparer votre départ. La route qui vous mènera dans le désert du Kalahari, où seront relâchées les antilopes capturées ce matin, est assez longue.

En route vous devrez faire des courses, probablement à Upington, en prévision des prochaines journées de camping.

Ce soir, cependant, comme vous arriverez à la tombée de la nuit, nous avons préféré vous faire dormir dans un chalet confortable au camp de Twee Rivieren.

5ème – 8ème jours – Mercredi 27 – Samedi 30 janvier : Désert du Kalahari

Pendant ces quatre jours vous découvrirez à votre rythme le Parc Transfrontalier du Kgalagadi, ou du moins sa portion sud-africaine.

Avant votre départ vous devrez accomplir toutes les formalités (police, douane) nécessaires à votre passage en Namibie dans trois jours. En effet, le camp de Twee Rivieren est le seul endroit du Parc où ces administrations sont représentées.

Chemin faisant, vous passerez plus de 20 fois au Botswana sans vous en apercevoir. Vous vous familiariserez avec la grande faune (reptiles, oiseaux, mammifères) de cet environnement où il tombe, les bonnes années, en moyenne 150 mm d’eau seulement par an.
Cette année, c’est la troisième année de suite où les précipitations sont très inférieures à la normale. Vous visiterez ce parc à la saison la plus chaude, qui est en même temps celle où il y a le moins de visiteurs. C’est aussi la seule période où vous pourriez assister à un phénomène rare : de la pluie et des fleurs dans le désert …

Vous regagnerez impérativement avant 19h30 le camp où vous passerez l

a nuit dans vos tentes situées sur les toits des véhicules. Les deux premières nuits à Nossob, les deux suivantes à Mata Mata.

Vous verrez deux aspects différents de ce désert, de sa faune et de sa végétation. Ce parc est particulièrement réputé pour ses lions. Leurs proies, antilopes surtout, étant essentiellement dans les dunes, c’est souvent là aussi qu’il faudra chercher les prédateurs. Mais en cette période particulièrement chaude, ils auront certainement envie de se rapprocher des points d’eau.

Ce parc résulte de la réunion en 1999 d’un parc du Botswana et d’un autre sud-africain. Bien qu’il soit dans le désert du Kalahari, il ne se limite pas à des dunes de sable. Vous pourriez même le voir vert et humide si vous avez la chance d’être présent pendant ou après un orage ! Des centaines d’espèces végétales y vivent, et de nouvelles sont décrites chaque année. Ces plantes éparses nourrissent une grande diversité d’herbivores (antilopes, girafes, reptiles, oiseaux) qui ont eux-mêmes leurs prédateurs, dont les fameux lions du Kalahari.

9ème jour – Dimanche 31 janvier : vers le fleuve Orange

Aujourd’hui la route va être assez longue, mais belle comme toujours.

Vous quitterez le parc du Kalahari aussi tôt que possible et entrerez en Namibie, où vous vous dirigerez vers la petite ville de Keetmanshoop. Dès la frontière passée, vous noterez un changement radical de paysage et de végétation, cette dernière devenant soudain plus ligneuse et plus dense pendant quelques dizaines de kilomètres, le long de la rivière (probablement à sec) Auob.

Après Koës la proportion de rochers augmentera progressivement par rapport aux sables. Vous apercevrez petit à petit des montagnes rocheuses au loin. En approchant de Keetmanshoop vous passerez dans le « Giant’s Playground », tas de rochers foncés résultant de 180 millions d’années de dégradation de lave.

A Keetmanshoop il faudra faire le plein de ravitaillement pour les 5 jours suivants.

La suite de la route vous conduira vers le fleuve Orange, que vous longerez à partir de Noordoewer. Cette région, bien que près de l’eau, est une des plus chaude du pays. Parfois jusqu’à 50°C en cette période ! Cependant les températures redescendent en fin de journée et les nuits sont très agréables. Vous aurez la surprise d’y découvrir … les vignobles les plus réputés du pays, et des dizaines d’hectares de culture … sous serres !

Nuit en camping sauvage dans un lieu magnifique et calme au bord de la Fish River.      

 

10ème jour – Lundi 1er février : !Ai !Ais

Vous passerez les deux jours suivants dans le parc national de l’ !Ai !Ais/Richtersveld. Pour accéder à sa partie sud-africaine deux voies sont possibles. La plus courte est le radier sur le fleuve Orange, à proximité de Sendelingsdrif. Mais si le fleuve est en crue, ce qui n’arrive qu’à cette saison, il faudra faire un détour et passer la frontière sud-africaine près d’Orangemund. La route traverse des zones diamantifères en cours d’exploitation. Ambiance et règlementation particulières …

Ne cherchez pas de grands Mammifères dans ce parc : vous seriez déçus. Les montagnes impressionnantes qui s’élèvent de part et d’autres du cours du fleuve Orange sont régulièrement englo

bées par un brouillard matinal venant de l’océan, leur principale source d’humidité. De minuscules poches de terre, souvent moins d’un mètre carré, persistent au creux des rochers, et c’est là que la vie, tant végétale qu’animale, se développe sous des formes souvent minuscules. Cet environnement hostile abrite de très nombreuses espèces endémiques. Le parc est réputé avoir la flore la plus riche et variée de tous les déserts du monde.

Pour la suite de la visite de ce parc, vous remonterez vers le Nord côté namibien et passerez de moins de 250 mètres à plus de 1000 mètres d’altitude. Les paysages sont beaucoup plus ouverts, la route traverse alternativement d’immenses plaines sableuses parfois dunaires, et des passages de montagnes rocheuses. Vous arriverez à votre étape en fin de journée. Le camp de !Ai- !Ais, véritable oasis niché au milieu d’immenses éboulements rocheux. Ses sources chaudes (65°C !) sont célèbres, et alimentent la grande piscine où vous aurez plaisir à vous baigner en toute saison … sans y rester trop longtemps sauf si vous aimez vraiment les bains chauds.

 

11ème jour – Mardi 2 février : Fish River Canyon

Ce matin, pas d’urgence. Vous vous dirigerez vers l’un des plus beaux points de vue sur le Canyon de la Fish River, que vous apercevrez près de 500 mètres sous vos pieds. Inutile d’y arriver à l’aube, contrairement aux principes de base de la photographie : le canyon serait entièrement dans l’ombre. L’idéal est d’y arriver en milieu de matinée.

Vous pourrez admirer les méandres et gorges de la Fish River. avec ses 27 km de largeur maximale et ses 160 km de long, ce canyon est considéré comme le second plus grand canyon après celui du Colorado (Arizona, Etats Unis). Plusieurs panneaux vous expliqueront l’origine de cette formation géologique extraordinaire, et le travail qu’y a fait le fleuve Orange depuis 120 millions d’années. C’est un des sites les plus visités de Namibie, mais, encore une fois, à cette saison vous y serez vraiment tranquilles.

Votre route vous conduira ensuite vers le Sud-Est, toujours entre dunes et rochers. La dernière « ville » que vous verrez est Karasburg. Il n’y a pas grand-chose dans cette petite ville, surtout pour un citadin. Cependant il y a le strict minimum et ce sera votre dernière possibilité de faire les pleins (carburant, ravitaillement) jusqu’à la fin du voyage …

Votre trajet du jour se terminera dans l’après-midi, à environ 100 km au Sud de Karasburg. Dans cette ancienne ferme, une maison vous sera proposée, mais vous aurez toute liberté de dormir où vous le voudrez.

Vous serez accueillis par les propriétaires des lieux, amis de longue date. Ce soir, tout aura été préparé pour vous recevoir dignement, vous offrir un dîner et à cette occasion faire connaissance avec les propriétaires, comprendre leur démarche.

Cette ancienne ferme a été exploitée durant les dernières décennies par une société de chasse. Elle est dans sa première année de mise en réserve, avec peut-être la perspective d’en faire plus tard un parc national … Sa superficie actuelle est « modeste » par rapport au contexte local. Elle est en cours d’agrandissement et comprendra bientôt 60,000 ha, en lien direct avec d’autres terrains adjacents préservés, qui devraient à l’avenir ne former qu’un bloc de plus de 150,000 ha. Nos amis s’y sont installés il y a moins d’un an : vous arrivez en phase de prospection.

12ème – 14ème jours – Mercredi 3 – Vendredi 5 février : apprentis gestionnaires de réserve

Durant ces trois journées, vous vous livrerez à un exercice inhabituel et serez mis en situation de gestionnaire de réserve.

Le groupe sera absolument tout seul sur ce petit paradis de 46,000 hectares. Vous aurez la possibilité de vous rendre partout, où vous voudrez, à pied ou en véhicule.

A cette saison un orage n’est pas exclu et serait pour vous une expérience rare : un orage dans le désert, ça ne se vit pas tous les jours ! La pluviométrie locale, normalement un peu au-dessus de 110 mm d’eau par an, est en-dessous des 80 mm depuis plusieurs années.

La faune de cette réserve en milieu désertique comprend plusieurs espèces de petites à moyennes antilopes, rongeurs, équidés, carnivores (dont une population de léopards essentiellement dans les montagnes, connus surtout par leurs indices de présence).

Chaque soir vous retrouverez les propriétaires de la réserve et leur ferez part de vos observations et suggestions quant aux aménagements que vous pensez opportuns et aux activités qui vous paraissent indiquées pour valoriser ce territoire. Vous pourrez ainsi, au fil des conversations, toucher du doigt ce qu’est la phase de création d’une réserve, et comprendre le point de vue des gestionnaires, qui sont aussi

deux vétérinaires très renommés et respectés dans le monde de la faune sauvage africaine.

 

En fonction de différents paramètres, il est possible que vous ayez à quitter la réserve ce vendredi en fin d’après-midi. Dans ce cas, la route du retour vers l’Afrique du Sud vous fera longer le plateau du Blydeverwacht éclairé par les lumières de fin d’après midi. Dans ce cas, un dernier camp sur le Platrant serait parfait.

15ème jour  – Samedi 6 février

Ce matin il faudra reprendre tranquillement la route vers l’Afrique du Sud, tout en prévoyant de la marge puisqu’il y aura différentes formalités à accomplir : passages de frontières, r

emise des véhicules de location, état des lieux …

Puis vous rejoindrez Johannesburg à bord d’un vol intérieur.

A l’aéroport de Johannesburg, vous accomplirez en priorité les formalités de sortie du territoire, puis devriez disposer de quelques heures pour vous poser, ou alors profiter de la belle galerie marchande et choisir les souvenirs à rapporter pour familles et amis.

Votre vol AF0995 décollera à 19h50. Vous rejoindrez Paris en environ 10h30 de vol à bord d’un A380, fleuron de la compagnie.

16ème jour  – Dimanche 7 janvier

Arrivée à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle. Le petit déjeuner aura été servi à bord en vol.

Une fois toutes les formalités accomplies, le groupe prend congé de son guide.